En construction

Photovoltaïque

Obligations convertibles

Centrale au sol de CampsasInvestissez votre épargne dans une centrale solaire au sol dans le Tarn et Garonne (82)

Taux d'intéret fixe*5%/an
Durée du prêt4 ans 
Collecte terminéeSuccès 
Investissement min100 € 
Investissement max11 500 €Variable
Valeur unitaire100 € 

------- Collectés

108 000 € Objectif

89% Complete

96 500 € Seuil de réussite

108 000 € Plafond




Avantages

  • Versés par le porteur de projet
  • Contrat d'achat pérenne sur 20 ans auprès d'EDF
  • Un projet lauréat d'un appel d'offres national
  • Une technologie mature

Risques

  • Risques de pertes en capital
  • Risques de destruction de matériel
  • Risques juridiques et fiscaux
  • Risques réglementaires

Frais

Les données du porteur du projet

Production annuelle 4 924 000 kWh

L'essentiel

Situé sur la commune de Campsas, ce projet de centrale au sol est porté par URBASOLAR, groupe français spécialisé dans le développement, la construction et l'exploitation. 

Désigné lauréat de l’appel d’offres portant sur la réalisation et l’exploitation d’Installations de production d’électricité à partir de l’énergie solaire, lancé par le gouvernement français, ce projet contribue à l’atteinte des objectifs nationaux en matière de déploiement de l’énergie solaire sur le territoire. URBASOLAR s'est engagé dans son dossier de candidature à mettre en œuvre un financement citoyen sur le projet, dans les conditions définies par le cahier des charges. 

Pourquoi permettre l'investissement uniquement aux citoyens de 7 départements ?

Cette limitation est une exigence des conditions fixées par la Commission de Régulation de l'Énergie. C'est également le souhait d'Urbasolar de permettre aux habitants proches de ces centrales de prendre part activement au développement de l'énergie solaire sur leur territoire. Le financement participatif de ce projet est ainsi ouvert aux habitants du Tarn-et-Garonne et de ses départements limitrophes :

 

Données écologiques

Avec une puissance de 3,8 MWc, ce projet de centrale au sol s'avère très important et va produire plus de 4 924 000 kWh chaque année, ce qui correspond à la totalité des besoins énergétiques annuels (chauffage compris) de plus de 1 045 foyers français. 

Vous êtes ainsi sur la voie du Citoyen à Energie Positive ! Vous pouvez à présent suivre et mesurer votre impact positif dans votre espace personnel sur la plateforme !

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la vidéo didactique "On vous éclaire sur l'énergie photovoltaïque" ci-dessous, produite par nos soins :

Un projet exemplaire

La centrale solaire de Campsas développe une puissance de 3.80 MWc, et répond aux objectifs de la commune de réhabiliter le secteur de « Penchou » sur lequel ont été stockés des pneumatiques usagés entre 1996 et 2002.

Ce projet photovoltaïque au sol est donc né de la volonté de redonner vie à des terrains sans affectation, par une centrale solaire et de contribuer ainsi aux politiques nationales de production d’électricité d’origine renouvelable et de réduction de gaz à effet de serre.

Une attention particulière a été portée en termes d’intégration paysagère et du maintien écologique des milieux naturels sur le site.

Le plan d’eau présent sur les terrains a été exclu de tout aménagement et son cordon boisé sera conservé, afin d’éviter d’impacter les espèces animales et végétales inféodées à ce milieu. Des zones humides et des fossés périphériques seront créés afin de favoriser l’accueil d’une flore et d’une faune spécifiques aux milieux aquatiques. Enfin, une mise en défens des trois stations de Sérapias (orchidées) a été réalisée, avant démarrage des travaux. Elle a été supervisée par un écologue indépendant et le personnel de chantier a été informé et sensibilisé à la localisation de ces zones écologiques à préserver.

Le groupe Urbasolar est le premier spécialiste français du solaire photovoltaïque et, à ce titre, a pour ambition de contribuer significativement au développement à grande échelle de cette énergie de façon qu’elle assure une part prépondérante des besoins énergétiques de l’humanité.

Urbasolar est la plateforme photovoltaïque du groupe AXPO.

Groupe centenaire, émanation des cantons et collectivités locales, plus grand producteur suisse d’énergie renouvelable, le groupe Axpo est un distributeur d’énergie. Il dessert en toute fiabilité plus de 3 millions de personnes et plusieurs milliers d’entreprises en Suisse et dans plus de 30 pays d’Europe. Axpo est aussi un leader international dans le domaine du négoce de l’énergie et dans celui du développement de solutions énergétiques sur mesure pour ses clients.

Urbasolar est ainsi en mesure de proposer une offre complète clés en mains, incluant la production et la fourniture d’électricité d’origine renouvelable.

Urbasolar, c’est avant tout des équipes expérimentées, mobilisées sur l’innovation et la recherche du progrès technologique partageant une vision de développement, un engagement d’excellence, un enthousiasme et un niveau élevé d’exigence pour la satisfaction des clients et la conduite des projets. 

Le groupe est pleinement engagé dans la lutte contre le changement climatique et dans la transition énergétique. Les notions d’équité sociale, de responsabilité sociétale imprègnent par ailleurs la nature des relations que nous développons avec nos partenaires, clients et collaborateurs.

Acteur intégré, Urbasolar exploite à ce jour un parc de 350 MW constitué de 500 centrales photovoltaïques détenues majoritairement en propre et qui ont été développées et construites par nos équipes.

Très présent en France où nous sommes le partenaire privilégié de nombreux professionnels et collectivités locales, le groupe Urbasolar développe une importante dimension européenne et internationale avec le développement, la réalisation et l’exploitation de centrales photovoltaïques au Kazakhstan, aux Philippines, au Burkina Faso, au Sénégal, au Kenya, et encore bien d’autres pays où notre expertise trouve un champ d’application prometteur.

Le groupe possède un portefeuille de projets futurs conséquent en France et à l’international, projets qui sont tous à un stade avancé de développement et pour beaucoup totalement finalisés. Ces projets seront construits dans les trois exercices prochains conduisant à détenir et exploiter à cette échéance un parc de centrales photovoltaïques de plus d’1GW

Urbasolar est moteur de ce changement d’échelle et d’évolution du marché en adaptant et renforçant ses structures, ses équipes et en mettant en œuvre ses offres innovantes.

 

Commentaires sur le projet

Vous devez être connecté et avoir validé votre adresse email pour pouvoir laisser un commentaire.
Commentaire laissé par Etienne G. le 01/05/2019 à 14h18

Bonjour,

Quelle(s) conséquence(s) aurait le rachat d'Urbasolar par un autre énergéticien ?
https://www.journal-photovoltaique.org/les-actus/axpo-a-des-vues-sur-urbasolar/
Merci,

Réponse par un administrateur le 02/05/2019 à 10h49

Bonjour Etienne,
Tout d'abord la centrale de Campsas est portée par URBA 116, une filiale à 100% d'Urbasolar, qui elle n'a pas vocation à changer d'actionnaire pour le moment.
Concernant le potentiel rachat d'Urbasolar, celui-ci n'aurait aucune incidence sur le projet. En effet, la réussite d'un financement participatif, permet au projet de gagner 3 € par MWh produit.
L'entreprise n'aura donc aucun intérêt à ne pas le réaliser, d'autant que l'investissement dans ce projet est déjà partiellement réalisé.

En espérant avoir répondu à votre question,

Bien à vous,

Commentaire laissé par Laure V. le 28/01/2019 à 17h56

Bonjour,
J'ai beaucoup de mal à comprendre le principe des obligations convertibles en actions. La convertibilité s'applique lorsqu'il y a défaut de paiement, et bon, on peut considérer que cela est peu probable. Mais supposons que cela se produise. Les prêteurs étant devenu actionnaires, ils ne pourront pas faire valoir en justice une quelconque dette comme dans une obligation simple. J'apprécie bien sûr qu'il soit donné aux prêteurs un droit de regard sur la suite à donner. Ce que je ne comprends pas c'est la valeur de conversion et ses implications.
La règle de conversion appliquée dans ce projet revient à convertir les 339100E prêtés en des actions d'une valeur globale de 64,43E, ce qui, ajouté aux 100E de capital actuel de la société, correspondra à 39,18% du capital résultant de 164,43E (en supposant qu'il n'y aura pas eu d'autre augmentation de capital d'ici la faillite, ce qui empirerait encore la situation du point de vue des prêteurs). Supposons que les actionnaires décident après défaut de paiement de vendre le tout (très mauvais choix probablement, mais étant en minorité, les prêteurs n'auront pas assez de poids pour contrer une telle décision), on n'en retirera pas plus que l'argent investi dans le matériel. Dans ce cas-là, les prêteurs récupèreront 39,18% du produit de la vente (disons, en étant très optimiste sur la revente du matériel, 30% des sommes investies), et les actionnaires d'origine les 60,82% restant. En d'autres termes, les actionnaires d'origine auront siphonné une grande partie du montant prêté.
J'espère sincèrement que je me trompe. Merci de m'expliquer où, pour me convaincre qu'une telle situation ne pourra pas se produire.
D'autre part, pourquoi un capital aussi faible pour le porteur du projet ?
Merci d'avance.

Réponse par un administrateur le 08/02/2019 à 23h08

Bonjour Laure

Cette répartition de 40% n'est pas arbitraire comme vous pouvez le constater dans le cahier des charges de la Commission de Régulation de l'énergie (CRE) relatif à ce tyoe de projet, paragraphe 3.2.7 https://www.cre.fr/media/fichiers/publications/appelsoffres/ancienne-version-du-cahier-des-charges-dans-sa-version-applicable-a-la-1ere-periode. Elle correspond bien au ratio de financement participatif exigé par la CRE. C'est un ratio plutot equitable puisqu'il donnerait 40% a terme du capital aux investisseurs ayant financé 40% des fonds propres et 60% a ceux ayant financé 60% du projet. Pour soleil de Basile une règle différente a été adoptée, mais qui, en cas de risque de conversion des obligations (encore une fois très peu probable), amènerait a une situation finalement sans doute équivalente où le porteur de projet pourrait convertir ses comptes courants associés en capital pour éviter de perdre le contrôle de la société et de se retrouver à une situation absurde où il ne détiendrait que 20% alors qu'il a financé 90% des fonds propres de la société (car dans le cas de soleil de basile il y a 4 projets et les citoyens n'apportent 40% des fonds propres que d'un seul projet, celui de castelginest). Est ce plus clair pour vous? N'hésitez pas si vous avez d'autres questions sur ce sujet.

Bien à vous

Sébastien

Réponse par un administrateur le 31/01/2019 à 11h20

Bonjour Laure,

La raison pour laquelle nous avons recours à des obligations convertibles est que le cahier des charges de la Commission de Régulation de l'Energie n'autorise pas les obligations simples dans le cadre de l'obtention du bonus sur le tarif d'achat de l'électricité.

Le but du porteur de projet est qu'il n'y ait pas de conversion, et nous serions, en effet face à un cas de figure extrême. Si toutefois cela devrait se produire, les obligataires "Enerfip" détiendraient 40,12% de la société URBA 116. Effectivement, il se pourrait que même en revendant ces actions, vous ne récupériez qu'une partie de votre capital.

En ce qui concerne la valeur du capital social, ce sont des valeurs qui sont classiques. Les projets d'énergie renouvelables se financent principalement en comptes courants d'associés et en dette bancaire. Nous retrouvons, la plupart du temps, un capital social qui varie entre 100 et 5000€ pour une société détenant un actif photovoltaïque ou éolien.

En espérant avoir répondu à vos questions,

Bien cordialement,