En développement

Éolien

Prêt participatif

Dieppe Le TréportInvestissez dans le parc éolien en mer ouvert au financement participatif !

Taux d'intéret fixe*5%/an Bonifiable à 6,5%
Durée du prêt3+1 ans 
Collecte terminéeSuccès 
Investissement min10 € 
Investissement max2 000 €

------- Collectés

1 000 000 € Plafond

100% Collecté

850 000 € Objectif




Avantages

  • Un projet innovant qui participera à l’atteinte des objectifs nationaux de la transition énergétique
  • Un projet de territoire pour le littoral Normand-Picard qui privilégie les riverains
  • Une bonification du taux d’intérêt au moment du démarrage des activités de construction

Risques

  • Risques liés à la prorogation potentielle d'1 an de la durée du prêt, en option à la main de l'émetteur
  • Risques liés à l'exploitation d'une nouvelle technologie
  • Risques liés au développement des projets
  • Risques de pertes en capital
  • Risques liés à la destruction de matériels
  • Risques juridiques et fiscaux
  • Risques administratifs et réglementaires

Frais

Les données du porteur du projet

Production annuelle 2 000 000 000 kWh

 

L'ESSENTIEL

Le projet de parc éolien en Mer de Dieppe – Le Tréport prévoit l’installation de 62 éoliennes d’une puissance unitaire de 8 MW.

Le parc éolien sera situé à 17 km de Dieppe et 15,5 km du Tréport, au large du littoral normand-picard.

Avec une puissance totale de 496 MW, le parc devrait produire en moyenne 2000 GWh par an, ce qui représente la consommation électrique annuelle d’environ 850 000 personnes, soit l’équivalent de la consommation des 2/3 de la population de la Seine Maritime ou plus de la population de la Somme.

Dieppe Tréport

À l’intérieur de la zone attribuée par l’État, le schéma d’implantation des éoliennes a notamment été défini en concertation avec les parties prenantes locales, en particulier les représentants de la pêche professionnelle et les autorités en charge de la sécurité maritime.

POURQUOI LANCER UNE CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF ?

Suite aux propositions formulées en ce sens lors du débat public qui s’est tenu en 2015, la société Eoliennes en Mer Dieppe Le Tréport (EMDT) s'est engagée à étudier la possibilité d'ouvrir le projet à un financement participatif. Dès mars 2017, elle a sélectionné Enerfip en tant que plateforme de financement participatif pour l'accompagner. Deux groupes de travail ont également été organisés en 2017 pour associer les acteurs du territoire à cette réflexion, confirmant l'intérêt de la population pour ce type de projet. 

L'OBJECTIF DE LA COLLECTE

EMDT a décidé de lancer une collecte visant à permettre aux habitants du littoral normand-picard - et à l’ensemble des citoyens résidents en France dans un deuxième temps - de devenir des acteurs de la transition énergétique en participant, au côté du porteur de projet, au financement d'une partie des études de vent en mer, nécessaires à l'élaboration du projet.

L’argent récolté participera au financement de la seconde campagne de mesure du vent en mer réalisée par EMDT, la première ayant eu lieu entre 2013 et 2016. Cette ultime campagne a débuté mi 2016 et a vocation à se terminer à l’été 2019. Le financement d’une année de mesure de vent s’élève à environ 1 million d’euros. 

Cette étude repose notamment sur la mise en mer d'une bouée équipée d'une technologie LiDAR. Cette technologie permet de mesurer la ressource en vent du site à plusieurs hauteurs (jusqu’à 200m) et notamment au niveaudu rotor de l’éolienne c’est-à-dire des pales, ce qui permet d’évaluer avec précision la future production d’énergie du parc.

 

Le LiDAR flottant, installé dans la zone d’implantation du parc, collecte un ensemble de données à l’aide de deux instruments :

- le ZephIR Lidar : qui permet de réaliser des mesures de vent à différentes hauteurs, la direction du vent, son intensité, sa turbulence… grâce à l'émission d'un rayon laser, qui en heurtant les particules portées par le vent est réfléchi vers un capteur situé sur la bouée ;

- la bouée météocéan : qui permet de mesurer l’intensité et la direction des courants marins, la température de l’eau, la hauteur de la houle…

L'ensemble des données recueillies permettent d'évaluer avec précision la future production d'énergie du parc.

 

Flidar

 

LE VENT, UNE RESSOURCE INEPUISABLE

En exploitant une ressource naturelle, abondante et inépuisable, et face à une demande croissante d’énergie renouvelable, le parc éolien en mer de Dieppe Le Tréport participe à l’atteinte des objectifs nationaux et régionaux en matière de transition énergétique. 

Cette production permettra de préserver l'environnement par l'utilisation d'une énergie peu émettrice de gaz à effet de serre, en comparaison de ressources fossiles comme le charbon ou le pétrole par exemple.

Ainsi, ce parc éolien éviterait le rejet dans l'atmosphère de 1 900 000 tonnes de CO2 chaque année si l'on avait dû produire la même quantité d'électricité à partir du charbon (source RTE).

L’objectif du maître d’ouvrage est de développer un parc respectueux de l’environnement et des activités humaines existant sur la zone du projet.

Plus de deux années d’études de terrain et une vingtaine d’expertises ont permis d’aboutir à la réalisation d’une étude d’impact sur l’environnement de plus de 3000 pages.

DONNÉES ÉCONOMIQUES

Le projet de parc éolien en mer de Dieppe et du Tréport s’inscrit pleinement dans la dynamique de développement des régions qui l’accueillent. Il contribue à la création d’une filière industrielle française de l’éolien en mer, et favorise la création d’emplois et des retombées économiques sur le territoire normand-picard.

Ainsi, Siemens Gamesa, partenaire industriel et fournisseur d’éoliennes du projet, prévoit la construction d'une usine au Havre entraînant la création de 750 emplois.

De son côté, la société Eoliennes en Mer Dieppe Le Tréport prévoit d’implanter une base de maintenance à Dieppe et un centre de contrôle et d’expertise au Tréport. Ces activités généreront des emplois directs et indirects (prestations, emplois induits, logements, services de proximité…), entraînant une dynamique positive sur la vie locale.

LES CHIFFRES CLES

  • Nombre d’éoliennes : 62
  • Distance entre les éoliennes : de 1,1 à 1,3 km
  • Surface du parc : 82,4 km2
  • Poste de livraison : 1
  • Puissance d’une éolienne : 8 MW
  • Production d'électricité pour : 850 000 personnes
  • Rejet de CO2 évité : 1 900 000 tonnes / an

LE FONCTIONNEMENT

Sous l’effet du vent, les pales de l’éolienne tournent et produisent de l’électricité grâce à la génératrice contenue dans la nacelle. Cette électricité est transportée par des câbles sous-marins, jusqu’au poste électrique en mer.

Elle est ensuite acheminée par Réseau de Transport d’Electricité (RTE) via un câble de raccordement vers un poste électrique à terre puis injectée sur le réseau électrique national.

Les éoliennes sont configurées pour démarrer lorsque le vent atteint 11 km/h et s'arrêter lorsque celui-ci dépasse environ 100 km/h ; compte-tenu des conditions de vent, elles tourneront environ 90% du temps dont 40% à pleine puissance.

CALENDRIER DU PROJET

Le calendrier du projet prévoit* :

1. Une phase de développement, qui a pour objectif de confirmer les caractéristiques techniques, économiques et industrielles du projet, ainsi que ses conditions d’intégration dans l’environnement, tout en poursuivant le dialogue avec les parties prenantes.

2. Une phase de préparation de la construction et d’installation, à partir de 2019; elle vise, après obtention des autorisations administratives, à terminer les études, conduire et finaliser les appels d’offres pour retenir les futurs sous-traitants qui fabriqueront et installeront les composants du parc.

Les travaux en mer devraient débuter à compter de 2022.

3. Une phase d’exploitation, à partir de 2023 et pour une durée minimale de 25 ans. 

 

 

DURÉE DE VIE

Le projet prévoit une durée d'exploitation du parc de 25 ans. A l'issue de cette période le parc pourra être démantelé ou sa durée de vie rallongée selon les conditions de la concession accordée par l'Etat. Le démantèlement durera deux ans afin de remettre le site dans un état comparable à celui qui existait avant l’installation du parc.

Dès l'attribution de l'appel d'offres, le maître d'ouvrage a provisionné les garanties nécessaires à ce démantèlement auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations. A ce titre, l’éolien en mer est la seule industrie de production électrique dont le démantèlement est sécurisé financièrement dès le démarrage du projet et tout au long de la durée d’exploitation.

Une fois démantelée, 98 % du poids des matériaux seront recyclés. 

POUR ALLER PLUS LOIN

 

Pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur le projet de parc éolien en mer au large de Dieppe et du Tréport : www.dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr

 

* LISTE DES INTERCOMMUNALITÉS CONCERNEES PAR LA PREMIÈRE PHASE DE COLLECTE

- Communauté d’agglomération de la Baie de Somme

- Communauté de communes des Villes Sœurs

- Communauté de communes Falaises du Talou

- Communauté d’agglomération de la Région Dieppoise

- Communauté de communes Terroir de Caux

 

La société Éoliennes en Mer Dieppe Le Tréport (EMDT) a remporté en juin 2014 l’appel d’offres lancé par l’État pour le développement d’un parc éolien en mer au large de Dieppe et du Tréport.

Depuis lors, EMDT se consacre à ce projet énergétique majeur pour la Normandie et Hauts-de-France, dont la mise en service est prévue à l’horizon 2023.

À l’heure de la lutte collective contre le dérèglement climatique, ce projet représente un engagement tangible pour la réussite de la transition énergétique en France et contribue à son échelle à la préservation de la planète.

En savoir plus sur https://dieppe-le-treport.eoliennes-mer.fr/

 

Enerfip et les Eoliennes en Mer viennent à votre rencontre - 8/4/2019

Afin de nous poser vos questions à propos du projet et de son financement participatif, vous pouvez nous rencontrer aux lieux et dates suivants :

 

Permanences d'information :  

- Jeudi 18 avril de 10h à 18h30 : Point info du Tréport, rue Amiral Courbet, au pied du funiculaire

- Vendredi 19 avril de 10h à 18h30 : Point info du Tréport, rue Amiral Courbet, au pied du funiculaire

- Samedi 20 avril de 8h30 à 13h00 : Marché de Dieppe, devant le Café des Tribunaux

- Dimanche 21 avril de 8h30 à 13h00 : Marché de St-Valéry-sur-Somme

 

Permanences d'investissement :

- Mardi 14 mai de 10h à 18h30 : Business Center de Dieppe, 1 Quai de l’Avenir 

- Mercredi 15 mai de 10h à 18h30 : Point info du Tréport, 9 rue Amiral Courbet 

- Jeudi 16 mai de 10h à 18h30 : La Hune, Le Havre, 154 rue Victor Hugo 

- Vendredi 17 mai de 10h à 18h30 : L'Office (espace de coworking), Abbeville, 1 place de l’Amiral Courbet - à l’étage de l’office de tourisme


 

Commentaires sur le projet

Vous devez être connecté et avoir validé votre adresse email pour pouvoir laisser un commentaire.
Commentaire laissé par Emmanuel S. le 12/06/2019 à 13h46

Désolé, mais quand je clique sur "Prêter", j'obtiens une page avec "Dans quelle phase souhaitez-vous souscrire ?" et plusieurs options locales et un bouton "Continuer", mais rien qui ressemble à "Je suis résident en France".
Et d'autre part, dans ma vision du monde, "ouvert à tous" n'est pas synonyme de "ouvert à tous les résidents français". ;-)

Réponse par un administrateur le 12/06/2019 à 13h49

Re-bonjour,

C'est tout en bas à gauche en faisant défiler votre écran. Par ailleurs, il y a toujours eu indiqué sur la page projet, sur la documentation et sur l'encart projet "ouvert à toute la France" à partir du 11 Juin.

Commentaire laissé par Emmanuel S. le 12/06/2019 à 12h55

Bonjour ! Si cette collecte est réellement ouverte à tous, comment franchit-on l'écran "Dans quelle phase souhaitez-vous souscrire ?", où il n'existe que des options locales ? (Et de même pour la liste d'attente du projet frère EMYN.)

Réponse par un administrateur le 12/06/2019 à 13h12

Bonjour,

Comme indiqué c'est ouvert à tous les résidents français. Il suffit de cliquer sur le bouton, "je suis résident en france"

Commentaire laissé par Anthony C. le 12/06/2019 à 12h14

Bonjour, comment savoir si notre investissement bénéficiera du taux à 5% ou à 6,5% ? Comment savoir également si la durée de remboursement se fera sur 3 ans ou sur 4 ans ?
Cordialement,

Réponse par un administrateur le 12/06/2019 à 16h34

Re-bonjour,

Pour simplifier, ce qui entrainera un taux bonifié c'est la réalisation de la condition suivante dans les 3 ou 4 ans à venir: la décision de construction du parc qui entraîne donc la commande des turbines et qui donnera lieu à un premier tirage sur la dette bancaire qui sera mise en place à la construction du parc.

Réponse par Anthony C. le 12/06/2019 à 16h28

Re-bonjour, j'ai pris connaissance du document d'information synthétique pour chercher les réponses à mes questions comme vous le suggériez.
Je crois comprendre que le délai de remboursement passe à 4 ans au lieu de 3 ans si le cas de Bonification du Taux d'Intérêt ne s'est pas réalisé dans le délai des 3 ans.
En revanche les conditions de réalisation du Taux d'Intérêt Bonifié restent opaques à ma compréhension. Pourriez-vous les expliquer de manière plus explicite que ne le fait l'article 5.2 du document d'information synthétique ?
D'avance merci,

Réponse par un administrateur le 12/06/2019 à 12h18

Bonjour,

On ne peut pas le savoir, ce sont les deux inconnues qu'il faut avoir en tête à la souscription. Il faut savoir que l'on peut avoir le capital bloqué entre 3 et 4 ans et à un taux entre 5% et 6.5%. Les conditions de prolongation et de taux bonifié sont détaillé dans le contrat de crédit et dans le document synthétique.

Bien à vous

Commentaire laissé par Emmanuel S. le 11/06/2019 à 14h44

Bonjour !
Contairement à beaucoup de vos projets, l'emprunteur est ici une société qui n'a encore aucun revenu. Je suis d'ailleurs surpris de ne trouver aucune information de contexte sur cette société (historique, actionnaires et leur expérience, ...). Au cas où son projet de parc n'aboutissait pas, ou avec retard, avec quels moyens cette société d'exploitation spécifique pourra-t-elle rembourser le prêt ?
Par ailleurs, un financement participatif (d'un montant significatif) est-il prévu pour contribuer à la construction des éoliennes ? Je n'en vois pas mention, et ce serait bien dommage. Se contenter d'impliquer la population dans une étape d'étude, en l'oubliant dans la partie "productive", ne me semblerait pas répondre aux recommandations de la Commission d'Enquête. Et dans un projet de deux milliards, dont 60 à 70% de prêt bancaire, il y a certainement une place pour un gros financement participatif...
Je fais les mêmes commentaires sur le projet des Îles d’Yeu et de Noirmoutier, manifestement porté par les mêmes acteurs.
Merci pour vos réponses !

Réponse par un administrateur le 11/06/2019 à 15h24

Bonjour Emmanuel,
Cette société n'a pas de revenu car les projets sont en cours de développement. Ce n'est pas la première fois que nous proposons cette typologie de projet, l'idée étant d'associer les citoyens à la réalisation du projet. De nombreux projets chez nous sont également en cours de construction, donc sans revenu au moment de l'investissement, mais avec des revenus à venir sur les années du prêt. En général, nous n'acceptons pas les projet en développement sauf si ceux-ci présentent soit:
- une garantie de la maison mère
- un actionnariat de confiance
C'est ce dernier critère qui nous a conduit à présenter le projet. En effet, les actionnaires sont bien présentés et détaillés sur la page du projet et il s'agit d'un consortium avec Engie (31%), la Caisse des dépôts (10%), EDPR, la filiale renouvelable de l'entreprise d’électricité portugaise EDP (29,5%) et Sumitomo Corporation (29,5%), l'un des plus gros conglomérat industriel japonais. Si le projet est en retard ou n'aboutissait pas, le consortium pourra simplement rembourser les investisseurs avec les fonds dont ils disposent, le budget de développement ayant déjà été validé. Il n'y a pas de garantie comme expliqué dans un autre commentaire. Le budget lié au financement participatif étant déjà débloqué et les membres du consortium tenant à leur image, le risque est limité.
Le Financement d'une action précise de la phase de pré-construction en cours (la campagne de mesure de vent) a été privilégiée pour matérialiser l'engagement des investisseurs citoyens comme tenu de l'écart entre la somme ouverte (850.000 euros) et la coût total du projet (2 milliards d'euros). Il y aura après cette campagne une phase d'analyse et de retour d'expérience puis une réflexion quant à l'ouverture d'une éventuelle seconde tranche de financement participatif dans la phase de construction du projet. Le beau succès en cours et la demande des riverains pourraient faire pencher la balance. Dans tous les cas, une opération de levée de fond via prêt participatif sera limitée à un million d'euros comme l'indique la loi.

Commentaire laissé par Christophe C. le 11/06/2019 à 14h31

Y a t il une garantie du porteur de projet dans le cas ou ce projet ne serait pas construit?

Réponse par un administrateur le 11/06/2019 à 14h32

Non, il n'y a pas de garantie du porteur de projet compte tenu de la solidité financière des actionnaires (trois entreprises cotées en bourse et un actionnaire public). Pour des raisons d'image également, le consortium (dont Engie et la CDC sont membres) a un intérêt à rembourser les prêteurs. Enfin, les sommes engagés sont relativement faibles au regard du coût total du projet (milliards d'euros). Toutefois, une garantie financière est effectivement l'instrument le plus solide utilisé.
Très bonne journée à vous,
Julien

Commentaire laissé par Sebastien S. le 11/06/2019 à 00h02

Bonjour,
Les éléments concernant l'emprunteur sont plutôt laconiques. A défaut d'éléments comptables ou d'organigramme, pourriez-vous préciser qui sont les actionnaires?
Par ailleurs, y a-t-il des recours en cours d'instruction contre ce projet? Y a-t-il encore un risque d'en voir émerger de nouveaux?
Enfin, la renégociation du tarif de rachat de l'électricité avec l'Etat est-elle terminée? Cela a-t-il un impact sur le modèle économique du projet?
Merci d'avance,

Réponse par un administrateur le 11/06/2019 à 15h10

Bonjour Sébastien,
Les actionnaires sont solides et mentionnés sur la page projet. Il s'agit d'Engie (31%), de la Caisse des dépôts (10%), d'EDPR, la filiale renouvelable de l'entreprise d’électricité portugaise EDP (29,5%) et de Sumitomo Corporation (29,5%), l'un des plus gros conglomérat industriel japonais. Des recours ont effectivement été lancés mais ils ne suspendent pas les autorisations administratives délivrées en février 2019 par les préfectures de Seine-Maritime et de la Somme. Il existe une volonté politique, citoyenne et industrielle ainsi qu'une prise de conscience collective qui poussent pour faire émerger ces projets éoliens en mer. La France a le deuxième potentiel marin en Europe et à ce jour une seule éolienne en mer est opérationnelle (une éolienne flottante pilote au large du Croisic). La renégociation du tarif de rachat est en effet terminée et elle n'a pas eu d'impact sur la viabilité économique du projet étant donné les progrès industriels de la filière (baisses de coûts) depuis quelques années.

Commentaire laissé par Thibault D. le 24/05/2019 à 17h44

Bonjour,

Vu l'objectif de réussite à 500 000 € et la possibilité d'investissement maximum de 2000 € par personne, on peut se demander si le porteur de projet a vraiment envie que cet investissement participatif réussisse...

Thibault D.

Réponse par un administrateur le 24/05/2019 à 17h52

Bonjour Thibault,
Le porteur de projet voulait bien sûr proposer un plafond beaucoup plus élevé, mais les statuts du consortium n'ont permis que de faire un prêt participatif dont le plafond par investisseur est réglementairement limité à 2 000 €.
Cependant, cette limitation va permettre à beaucoup plus de personnes de soutenir et contribuer à ce projet d'avenir.
Cordialement.