UNE COLLECTE RÉSERVÉE 

À PARTIR DU 5 NOVEMBRE 12H30 | investissement ouvert aux agriculteurs partenaires du projet

À PARTIR DU 17 NOVEMBRE 12H30 | investissement ouvert aux citoyen·ne·s des communes desservies par le réseau de gaz dans lequel l'installation injectera sa production, des communes comprises dans le plan d’épandage et des communes de Fougères Agglo

À PARTIR DU 15 DECEMBRE 12H30 investissement ouvert aux habitant·e·s du département de l'Ille-et-Vilaine

➔ À PARTIR DU 29 DECEMBRE 12H30 | investissement ouvert aux habitant·e·s de la région Bretagne 

9 JANVIER MINUIT | fin de la collecte

Vous souhaitez en savoir plus ? Une réunion d'information en ligne se tiendra lundi 30 novembre à 18h avec les équipes d'Enerfip et d'ENGIE BiOZ pour échanger avec vous sur le projet et son financement. Inscrivez-vous au moyen du formulaire ci-dessous ⇩

En construction

Biomasse

Obligations simples

Biogaz de l'AumaillerieInvestissez dans le projet de méthanisation de l'Aumaillerie, à proximité de Fougères, dans le département de l'Ille-et-Vilaine !

Taux d'intérêt et durée * 
Il reste41 jours 
Investissement min10 € 
Investissement max354 840 €
Valeur unitaire10 € 

------- Collectés

500 000 € Objectif

29% Complete

500 000 € Plafond


PrêterVoir les risquesÊtre rappelé


Avantages

  • Un projet développé par ENGIE BiOZ (ex Vol-V Biomasse), fort d'une expérience dans la filière de 10 ans et qui exploite déjà 9 sites de ce type dont 3 en Bretagne
  • Un projet largement soutenu par les acteurs locaux et participant à la transition énergétique du territoire
  • Un projet dont la technologie utilisée a fait ses preuves partout en Europe
  • Une visibilité long terme sur la production grâce à la sécurisation locale des matières premières entrantes

Risques

  • Risques liés au développement et à l'exploitation des centrales de méthanisation
  • Risques de perte en capital
  • Risques juridiques et fiscaux
  • Risques administratifs, juridiques et règlementaires

Frais

 

Investir présente un risque de perte en capital et de liquidité. N'investissez que l'argent dont vous n'avez pas besoin immédiatement et diversifiez votre épargne.

Participez à la réunion d'information en ligne du lundi 30 novembre à 18h

Vous souhaitez échanger avec les équipes d'Enerfip et d'ENGIE BiOZ ? Inscrivez-vous dès maintenant !

Les données du porteur de projet

Production annuelle 23 000 000 kWh

Les photographies présentées sur cette page sont issues de sites exploités par ENGIE BiOZ.

FINANCEMENT PARTICIPATIF DE LA Centrale Biogaz de l'Aumaillerie

UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Développé depuis 2013 par ENGIE BiOZ et porté par la société "Centrale Biogaz de l’Aumaillerie" (CBAUM), ce projet de méthanisation territorial vise à mettre en place une filière durable de production d'une énergie verte qui sera consommée localement (par les communes voisines) et de valorisation de matières organiques produites sur le territoire dans une dynamique d'économie circulaire.

La centrale est située à La-Selle-en-Luitré, sur la zone d’activité de l’Aumaillerie, au Sud-Est de la ville de Fougères (35). L’installation, dont la première pierre a été posée mi-décembre 2019 va démarrer son activité au mois de novembre. Elle est destinée à la production de biogaz qui sera valorisé après épuration (biométhane) par injection dans le réseau public de distribution de gaz exploité par GRDF.

L’installation, construite sur une emprise d’1,8 hectare, est conçue pour valoriser jusqu'à 31 000 tonnes de matière organique par an soit un peu moins de 85 tonnes/jour (fumiers, résidus végétaux, écarts de production et effluents issus de l'industrie agro-alimentaire).

L’usine produira à la fois :

du biométhane, issu de la fermentation des substrats organiques cités dans les digesteurs : 240 Nm3/h de biométhane, représentant 23 GWh/an (l’équivalent de la consommation annuelle de 1 800 foyers) seront injectés dans le réseau géré par GRDF ;

des digestats résidus de la fermentation de ces matières, exploité pour ses propriétés agronomiques de fertilisant et d'amendement. Le digestat sera ainsi valorisé sur les terres agricoles du territoire, notamment celles d'une partie des partenaires dont les sièges sont situés dans un rayon de 10 km autour de l'installation (parcelles cultivées dans un rayon maximum de 15 à 20 km).

Les communes concernées par le plan de valorisation agronomique des digestats (pour certaines sur quelques hectares seulement) sont : La-Selle-en-Luitré, La Chapelle Janson, Luitré-Dompierre, Fleurigné, Javené, La Selle en Luitré, Princé, Le Loroux, Chatillon en Vendelais, Beaucé, Billé, Saint Pierre des Landes, Saint Marc sur Couesnon, Saint Georges de Chesné, Laignelet, Lécousse, Monthault, Fougères, Montautour, Parcé, Larchamp, Balazé, Combourtillé, Saint Ellier du Maine, La Chapelle Saint Aubert. 

Ces communes seront privilégiées dans le déroulement de la collecte de financement participatif.

 

 

LES POINTS FORTS

FOURNIR DES SOLUTIONS LOCALES AUX ENJEUX DE DEMAIN

Le secteur de l’agglomération fougeraise et son territoire environnant regroupent les atouts nécessaires au développement d'une unité de méthanisation, notamment :

des exploitations agricoles pratiquant des activités complémentaires d'élevage et de cultures,

un tissu dynamique d'activités agroalimentaires productrices de sous-produits méthanisables,

un territoire souhaitant s'engager dans la transition énergétique (objectifs du SCOT Pays de Fougères, engagements de Fougères Agglomération dans son Plan Climat Air Energie Territoire),

et un réseau de distribution de gaz développé, avec une consommation locale constante suffisante pour accepter un débit de gaz permanent de plus de 200 Nm3/h.

CBAUM contribue à sa mesure à fournir des solutions locales aux enjeux de demain en engageant le territoire dans la dynamique de la transition énergétique. Le projet s’inscrit ainsi dans une véritable économie circulaire, vertueuse pour l’environnement.

RECYCLER ET VALORISER DES DÉCHETS AGRICOLES ET AGRO-ALIMENTAIRES

Les matières entrantes proviennent d’exploitations agricoles, d’industries agro-alimentaires et de quelques structures collectives, principalement du département de l’Ille et Vilaine. L'arrêté préfectoral définissant les conditions d'exploitation du site autorise également, sur la base des justifications produites dans le dossier ICPE du site, l'approvisionnement minoritaire de matières en provenance de la Mayenne, des Côtes d’Armor et de la Manche. Les effluents d’origine agricole font l’objet d’une contractualisation par un engagement réciproque sur le long terme (15 ans) et proviennent de sites à une distance de 15 km maximum. Pour les autres substrats, le périmètre principal d’approvisionnement est de 40 km avec un maximum de 100 km pour certains substrats très spécifiques qui complétent la ration et permettent d'équilibrer le mélange, en accord avec les préconisations des biologistes référents. 

DONNÉES ÉNERGÉTIQUES

SUBSTITUER DU GAZ FOSSILE PAR DU GAZ RENOUVELABLE

La Centrale Biogaz de l'Aumaillerie produira environ 23 GWh par an, soit l’équivalent de la consommation annuelle de gaz de 1 800 foyers vivant en France. Sur la poche de consommation de gaz concernée (Fougères et communes attenantes), et après étude des consommations effectives sur le secteur, l'opérateur de réseau a estimé que le site fournira environ 15 % de la consommation moyenne annuelle de la population desservie. Sur la période d'été où la consommation est plus basse, la contribution de CBAUM à l'approvisionnement local pourra représenter jusqu'à 40 % de la consommation locale.

Cette production de "gaz vert made in agglo.fougeraise", décarbonée et respectueuse de l'environnement, contribuera à sa mesure à préserver l'environnement en se substituant à l'utilisation d'un gaz fossile importé. 

En outre, ce nouveau procédé de retraitement des effluents et sous-produits organiques permettra d'éviter l'émission de près de 5 000 tonnes de CO2 par an dans notre atmosphère, par comparaison avec la situation actuelle (Source ADEME - filière méthanisation - bilan calculé avec l'outil DIGES®).

Egalement, avec la production d'un engrais  (fertilisant et amendement) naturel, ce sont plus de 100 tonnes d'engrais chimiques qui ne seront pas importées sur les terres du pays. 

DONNÉES ÉCONOMIQUES

UNE DYNAMIQUE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE

Les retombées économiques pour le territoire proche sont nombreuses :

une infrastructure de proximité apportant une compétitivité et donc un attrait pour les acteurs agro-alimentaires ;

une réduction des intrants agricoles par substitution d’engrais verts notable pour les 29 agriculteurs engagés ;

au niveau fiscalité locale, la Collectivité percevra les taxes locales comme toute autre activité ;

l’activité de CBAUM génèrera 3 emplois directs et fera appel à de nombreuses entreprises locales (transport, construction, prestations agricoles...).

DONNÉES TECHNIQUES

UNE TECHNOLOGIE DÉJÀ EPROUVÉE SUR D'AUTRES SITES

Le procédé choisi est celui de la voie continue liquide en infiniment mélangé de type mésophile. Ce procédé bénéficie de nombreux retours d'expérience partout en Europe et permet une mise œuvre plus simple sur le plan du fonctionnement de la biologie dans les digesteurs.

L’installation se compose d’une unité de méthanisation (partie process de digestion), d'équipements liés à l'épuration et à la valorisation du biogaz produit, ainsi que des équipement annexes (réception et stockage des matières entrantes, séparation de phase du digestat, stockage des digestats). Le principe de la méthanisation est une digestion anaérobie par des microorganismes : il est produit du biogaz (constitué de méthane à environ 60 % et d'autres gaz qui seront séparés lors de l'épuration) et de la matière organique issue de la digestion (le digestat). Les matières organiques pouvant être traitées dans ce type d'installation sont des déchets organiques divers, produits et sous-produits organiques, issues majoritairement de l'agriculture et de l'industrie agro-alimentaire.

Le site est soumis à la réglementation des Installations Classées (ICPE), et dispose d'un arrêté préfectoral d'autorisation d'exploitation. Il n'est pas classé "Seveso" car le gaz produit n'est stocké que quelques heures sur le site. Le volume de gaz stocké a un contenu énergétique équivalent à celui d'une cuve de fioul domestique de 1500 litres et il n'est pas comprimé avant son épuration et injection dans le réseau.

Le fonctionnement de l’unité de méthanisation comprend les étapes suivantes :

réception, stockage et préparation des différentes biomasses à méthaniser (partie solide /partie liquide, matières végétales peu odorantes)

traitement par méthanisation (temps de séjour moyen dans les digesteurs supérieur à 50 jours) : 2 cuves en béton isolées, dôme (ciel gazeux) sur les deux digesteurs de 25,4 m de diamètre interne, 8 m de hauteur au faitage avant gazomètre

traitement (épuration) et valorisation du biogaz avant injection du biogaz épuré (biométhane) : déshydratation dans les conduites de gaz, désulfuration, élimination du CO2 et des impuretés

traitement du digestat : séparation de phase, stockage liquide (2 cuves de stockage de 32 m de diamètre interne et 8 m de hauteur au faitage), stockage solide sur une plateforme dédiée

CHRONOLOGIE

UNE MISE EN SERVICE PRÉVUE AVANT L'HIVER 2020

2013 - initiation du projet : réservation du terrain, études sur le réseau gaz avec GRDF, montage du volet agricole du projet (approvisionnement et retour au sol des digestats) avec les exploitants locaux

septembre - octobre 2017 : consultation publique sur le dossier ICPE après instruction par les services de l'État

février 2018 : arrêté préfectoral d'autorisation de construire et d'exploiter une installation classée pour la protection de l'environnement

septembre 2019 : démarrage du chantier

décembre 2019 : cérémonie de pose de la première pierre avec les partenaires et acteurs de proximité 

novembre 2020 : montée en charge progressive des digesteurs, démarrage de l'installation 

2021 - fonctionnement en plein régime

 

 

POURQUOI INVESTIR ?

UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

En permettant aux citoyens du territoire de participer à ce projet, la Centrale Biogaz de l'Aumaillerie souhaite proposer une façon innovante d'associer les habitants du territoire au projet en général, en créant une solution d'épargne solidaire privilégiée. Les citoyens épargnants intéressés par ce projet pourront ainsi bénéficier des retombées économiques générées par ce projet de territoire et contribuer par leur épargne à mettre en place une économie circulaire vertueuse.

C’est aussi l’opportunité pour chaque citoyen qui le souhaitera de s’informer et de s’investir à son échelle dans le développement des énergies renouvelables locales et plus particulièrement du gaz vert, en contribuant collectivement et directement à la réussite de la transition énergétique de son territoire. 

OBJECTIF DE LA COLLECTE

L'idée d'intégrer du financement participatif dans ce projet est issue d'échanges avec une partie des partenaires du territoires.

La présente collecte vise tout d'abord à permettre aux citoyens de devenir des acteurs de la transition énergétique en leur proposant d'investir une partie de leur épargne directement dans ce type d'installation. De cette façon, les citoyens et en premier lieu les plus proches et les plus directement concernés, peuvent s'approprier les tenants et les aboutissants du projet et devenir acteurs de la vie du projet.

L'objectif de cette émission obligataire est de soutenir ce projet de territoire, notamment en contribuant au financement de la construction de l'installation.

Afin de privilègier les acteurs engagés dans le projet et les citoyens du territoire les plus proches, la collecte de financement participatif s'ouvrira progressivement selon le phasage suivant :

✔ À PARTIR DU 5 NOVEMBRE 12H30
investissement réservé aux agriculteurs partenaires du projet

✔ À PARTIR DU 17 NOVEMBRE 12H30
investissement ouvert aux citoyen·ne·s des communes desservies par le réseau de gaz dans lequel l'installation injectera sa production, des communes comprises dans le plan d’épandage et des communes de Fougères Agglo

Balazé, Chatillon-en-Vendelais, Larchamp, Montautour, Princé, Saint-Ellier-du-Maine, Saint-Pierre-des-Landes, La Bazouge-du-Désert, Beaucé, Billé, La Chapelle-Janson, La Chapelle-Saint-Aubert, Combourtillé, Le Ferré, Fleurigné, Fougères, Javené, Laignelet, Landéan, Lécousse, Le Loroux, Louvigné-du-Désert, Luitré-Dompierre, Mellé, Monthault, Parcé, Parigné, Poilley, Romagné, Saint-Christophe-de-Valains, Saint-Georges-de-Reintembault, Rives-du-Couesnon, Saint-Ouen-des-Alleux, Saint-Sauveur-des-Landes, la Selle-en-Luitré, Villamée

✔ À PARTIR DU 15 DECEMBRE 12H30
investissement ouvert aux habitant·e·s du département de l'Ille-et-Vilaine

✔ À PARTIR DU 29 DECEMBRE 12H30
investissement ouvert aux habitant·e·s de la région Bretagne

ENGIE BiOZ

FILIALE À 100% DU GROUPE ENGIE

Avec l'acquisition de VOL-V Biomasse, qui a rejoint le groupe en février 2019, ENGIE a confirmé sa position de leader des énergies renouvelables. En janvier 2020, ENGIE Biogaz et VOL-V Biomasse ont fusionné pour devenir ENGIE BiOZ.

Filiale à 100% du groupe ENGIE, ENGIE BiOZ initie, développe, finance, construit et exploite des unités d’injection de biométhane dans le réseau de gaz français. Elle est le leader de la production de gaz renouvelable avec 9 centrales en exploitation.

L’objectif d’une installation territoriale est de produire du biométhane en collectant sur le territoire environnant plusieurs types de matières organiques. Celles-ci peuvent être d’origine agricole, industrielle, ou provenir de collectivités.

 

 

LE GROUPE ENGIE

1ER PRODUCTEUR DE BIOMÉTHANE EN FRANCE

ENGIE a pour objectif de devenir le leader mondial de la transition zéro carbone, et participe activement à la lutte contre le réchauffement climatique. Sa responsabilité assumée est d'une part de réduire la consommation d’énergie, et d’autre part de verdir l’énergie consommée.

En France, le groupe dispose d’un mix énergétique composé à plus de 70% d’énergies vertes. ENGIE est le premier producteur solaire avec plus de 1200 MWc de puissance brute, le premier producteur éolien terrestre avec 2100 MW de capacité installée et le premier producteur alternatif hydroélectrique avec 3900 MW de capacité installée.

Le biométhane est l’une des briques essentielles du futur mix énergétique français et mondial. ENGIE est aujourd'hui le premier producteur de biométhane en France, et a prévu de mobiliser 800 millions euros d’ici 5 ans, et 2 milliards d’euros d’ici à 2030, pour développer des projets biométhane en coopération avec les agriculteurs français, afin de mettre en avant le territoire et de privilégier l'ancrage local.

Cet ancrage local pour les projets permet de proposer :

une production locale de l’énergie, valorisée en substitution à une énergie fossile

une solution de valorisation locale des substrats organiques

une valorisation agronomique des digestats par un retour au sol d’un produit de qualité

un développement économique local par la création d’emplois - directs et indirects - de production d’énergies renouvelables et de réduction des déchets

un total respect du tissu, de la dynamique et du lien existant sur le lieu d’implantation du projet

une intégration complète à l’échelle du territoire des filières agricoles, industrielles et bien évidemment des collectivités

 

Avec le soutien financier de l'ADEME Bretagne.

Données financières

Pour accéder aux données financières veuillez

Pose de la première pierre de la centrale biomasse de l'Aumaillerie 16/12/2019

Commentaires sur le projet

Vous devez être connecté et avoir validé votre adresse email pour pouvoir laisser un commentaire.



Assistance