Img articles 1
Enerfip - vendredi 18 mai 2018

Une enquête inédite* nous renseigne sur la notoriété du financement participatif ainsi que sur les motivations des Français à utiliser le crowdfunding.

 

Populaire

Le financement participatif, 70 % des Français  ont déjà entendu parler. Le terme crowdfunding, lui, est beaucoup moins connu (36 %), seuls les moins de 34 ans se démarquent nettement dans la définition de ce dernier. Sur la notoriété du financement participatif, l’enquête ne fait pas ressortir de fortes disparités géographiques.

Autre fait saillant, le crowdfunding apparait comme un mode de financement innovant pour 85 % des Français. Il est également considéré comme une vraie possibilité de découvrir des projets (80 %), mais aussi comme un mode de financement accessible et transparent, respectivement pour 70 % et 60 % des personnes interrogées.

Choisir où va son argent

L’enquête met également en relief les motivations des Français. Parmi elles, la volonté de s’impliquer localement s’impose. Les Français souhaitent flécher leur argent en direction de projets concrets, capables de transformer le quotidien. Ils veulent reprendre le contrôle et savoir à quoi sert leur épargne. À noter que la diversification des placements n’est pas, en soi, une des raisons mises en avant par les personnes interrogées.

Ces motivations rencontrent toutefois des freins personnels comme la peur de perdre son argent pour 66 % des Français, 63 % évoquent quant à eux le manque d’épargne ou encore l’insuffisance d’incitations fiscales.

Un avenir prometteur

Si 16 % des Français ont déjà contribué à un projet sur une plateforme de crowdfunding, les ¾ qui n’utilisent pas encore ce mode financement le considèrent comme « intéressant ». Ils sont en majorité, ouvriers, cadres ou agriculteurs. Quant aux perspectives, elles sont très favorables dans la mesure ou 38 % des personnes interrogées pensent participer personnellement au financement d’un projet sur une plateforme dans les douze prochains mois.

Sur ce dernier point, aucun champ d’action n’est exclu même si l’humanitaire, l’environnement, la culture, la santé et la recherche scientifique arrivent en tête.

 

*Enquête online réalisée par l’agence GMV Conseil pour le compte de Financement Participatif France, Crédit Municipal et La Banque Postale, durant le mois d’avril 2018, auprès de 3 000 personnes représentatives de la population française.

 

 

 

Partager cet article